A quoi ressemble l’amiante ?

L’amiante est un minéral que l’on trouve à l’état naturel dans certains sous-sols. Sa composition fibreuse lui confère de grandes qualités dans la construction et l’industrie. Facilement extractible et présent en quantité en France, il a été largement utilisé pendant plus de 130 ans. Dans les années 1970, on en utilisait environ 150 000 tonnes par an.

La dangerosité des fibres pour la santé a ensuite été démontrée et l’amiante a été totalement interdite en 1997. Jusqu’à cette date, elle a été utilisée sous toutes ses formes. Comment reconnaître l’amiante ?

 

fibro-ciment et carrelage contenant de l'amiante

 

L'amiante dans l'isolation

L’amiante pouvait être tout simplement utilisée en vrac. Elle était alors soufflée dans les parties non-habitables à isoler ou était projetée sur les canalisations ou les parois par flocage. Les canalisations pouvaient aussi être isolées par calorifugeage. Dans ce cas, l’amiante est souvent recouverte d’un matériau non-amianté (tissus, plâtre, tôle…).

Tissée ou tressée, elle permettait d’isoler les canalisations, les câbles électriques. Il suffisait de les enrouler autour de l’élément à isoler. Elle isolait également… les Equipements de Protection Individuelle (EPI) !

L’amiante permettait aussi d’être travaillée sous forme de feutre, très utilisé dans les systèmes de filtration puisque les fibres retenaient les matières.

L'amiante dans les matériaux de construction

La forme la plus connue dans la construction est la plaque ondulée utilisée pour les toitures. Ces plaques ondulées de fibro-ciment (dites aussi amiante-ciment) ne sont pas rares sur les hangars, les abris de jardin, les garages domestiques construits avant 1997. Elle étaient également utilisées comme éléments de façade ou de panneaux intérieurs pour renforcer l’isolation de l’habitat. Le fibro-ciment était aussi utilisé sous forme de cylindre en tant que canalisations, gaines de ventilation ou conduits de vide-ordures.

Moins connu du grand public, l’amiante pouvait aussi prendre la forme de plaques de papier ou de carton mesurant de 5 à 50mm. Ces plaques isolantes étaient utilisées dans les faux plafonds (elles apportaient une isolation thermique supplémentaires). La facilité d’utilisation permettait également d’isoler les équipements chauffants et servait également de joints.

L'amiante mélangée à d’autres matériaux

L’amiante peut aisément être réduite en poudre. Ajoutée à des mortiers, elle leur apportait un pouvoir isolant. On en retrouve donc dans des mortiers à base de plâtre, dans des mortiers-colles utilisés pour fixer des dalles au sol par exemple, et dans des enduits de finition. Cette utilisation est difficile à détecter mais les mortiers amiantés sont pourtant très volatiles lorsqu’on tente de les enlever (dans le cadre d’une rénovation d’un sol par exemple).

L’amiante peut également être mélangée à des matières plastiques utilisées aussi bien dans le BTP que dans l’industrie. Ces mélanges étaient utilisés dans la conception de joints d’étanchéité, de revêtements (dalles de sol vinyle-amiante), mais aussi dans les garnitures de freins voire dans la fabrication d’ustensiles ménagers !

Utilisée pour sa capacité d’étanchéité, l’amiante peut aussi être incorporée aux bitumes. Elle a longtemps servi à l’étanchéité des toitures ou contre la corrosion de matériaux métalliques…. Et jusque sur nos routes !

Les propriétés de nombreux autres matériaux étaient améliorées grâce à l’amiante : peintures, vernis, mastics et bien sûr mousses d’isolation.

 

Grâce à ses formes multiples et à son coût peu élevé, l’amiante a donc été largement utilisée dans de multiples secteurs d’activité. Les particuliers en trouvent dans leur maison ; les artisans chez leurs clients ; les équipes de maintenance sur leur lieu de travail… Vous avez des doutes sur les matériaux que vous rencontrez ?