Tél. 03 57 96 00 01
Pôle industriel Toul Europe - zone B
25, rue Marie Marvingt - 54200 Toul
Amiante And co

Qu’est-ce qu’un mode opératoire amiante ?

mode operatoire amiante chantier

Amiante & Co accompagne les entreprises de toute dimension dans la gestion des chantiers amiante en sous-section 4.

Julie Leclere, chargée de développement, nous présente l’un de ces services : la rédaction de modes opératoires.

Les modes opératoires sont des documents obligatoires dans tout chantier de sous-section 4, « précisant notamment le niveau d’empoussièrement généré a priori et les mesures de prévention mises en œuvre. » *

 

1. Julie, vous accompagnez vos clients dans la définition des modes opératoires propres à chaque chantier sous-section 4. Comment s’effectue ce travail et jusqu’où allez-vous dans cette mission ?

Chaque chantier doit disposer effectivement d’un ou plusieurs modes opératoires.

Un processus (1 matériau amianté / 1 technique / 1 Moyen de Protection Collectif) définit un mode opératoire. C’est le nombre de processus engagés qui définit le nombre de modes opératoires sur chaque chantier.

La structure d’un mode opératoire est prévue par la réglementation, et doit répondre aux neufs points suivants** :

  • la nature de l’intervention ;
  • les matériaux concernés ;
  • la fréquence et les modalités de contrôle du niveau d’empoussièrement du processus mis en œuvre et du respect de la valeur limite d’exposition professionnelle ;
  • le descriptif des méthodes de travail et moyens techniques mis en œuvre ;
  • les notices de poste prévues ;
  • les caractéristiques des équipements utilisés pour la protection et la décontamination des travailleurs ainsi que celle des moyens de protection des autres personnes qui se trouvent sur le lieu ou à proximité de l’intervention ;- les procédures de décontamination des travailleurs et des équipements ;
  • les procédures de gestion des déchets ;
  • les durées et le temps de travail déterminés.

La rédaction d’un tel document prend du temps à l’entreprise qui doit intervenir sur le chantier. C’est pourquoi Amiante & Co propose de réaliser ce travail administratif essentiel.

 

2. Comment connaissez-vous, a priori, le taux d’empoussièrement d’un chantier amianté ?

Divers outils officiels nous permettent de déterminer a priori le taux d’empoussièrement d’un chantier en fonction de la catégorie d’activité dans laquelle s’effectuent les opérations, de la nature des matériaux, des techniques utilisées, et des moyens de protection collectifs mis en œuvre pour abaisser le niveau d’empoussièrement généré par l’intervention.

Une fois le chantier commencé, nous travaillons avec des laboratoires indépendants pour mesurer le niveau d’empoussièrement réel du chantier et nous vérifions qu’il ne dépasse jamais la limite d’exposition fixée par la législation.

 

3. C’est Amiante & Co qui définit les mesures de prévention à mettre en œuvre sur le chantier ?

Effectivement. Cette partie du mode opératoire touche l’ingénierie des chantiers en sous-section 4. En fonction du taux d’empoussièrement attendu, et de la physionomie du chantier, nous allons prévoir tel ou tel équipement de protection individuelle, le nombre de protections collectives et leur positionnement, les modalités de gestion de déchets, etc…

Chez Amiante & Co, nous allons de la définition du taux d’empoussièrement a priori à la rédaction complète du ou des modes opératoires, en passant par cette phase d’ingénierie dans laquelle nous mettons notre savoir-faire au service du client afin de l’aider à prévoir son chantier sous-section 4 en toute sérénité.

Je peux vous citer l’exemple d’un client qui intervient régulièrement sur les chantiers de maintenance de la Communauté Urbaine de Strasbourg, au moment de la rotation du locataire, sur de la rénovation partielle de sol (recouvrement de sol amianté).

dalles-amiante-chantier-sous-section 4

Notre client nous explique son chantier, phase par phase, avec l’ensemble des interventions auxquelles il est confronté. Il nous appartient d’y intégrer la contrainte amiante, et de réfléchir aux différents processus mis en œuvre, dans un souci de standardisation. Ainsi, nous avons rédigé 3 modes opératoires pour ce client :

  • vissage / dévissage de barre de seuil
  • réparation ou décollement de 1 à 5 dalles de sol amiantées
  • recouvrement d’un revêtement de sol amianté

Ensemble, nous avons défini les moyens de protection collectifs et techniques mis en œuvre pour chaque intervention. Grâce à notre expertise et nos retours d’expérience, nous savons quelle méthode sera la plus appropriée, en fonction des contraintes de chaque chantier.

Une fois les modes opératoires rédigés et envoyés aux organismes de contrôle et prévention, nous avons engagé les chantiers tests dans un logement vacant. Sur ces chantiers tests, j’accompagne les opérateurs en zone pour vérifier le bon déroulement de la notice de poste . Sans surprise, les résultats ont permis de valider les processus engagés. Nous avons également équipé les salariés sur ces interventions (équipements de protection individuels, matériel), et géré les déchets liés à ces chantiers tests.

Cette entreprise de 10 salariés est dorénavant pleinement opérationnelle pour ses interventions avec la Communauté urbaine de Strasbourg !

 

4. Pour résumer : à chaque processus son mode opératoire. Assurez-vous également leur transmission aux autorités compétentes ?

Un mode opératoire doit être transmis à l’entreprise qui intervient sur le chantier sous-section 4, et également au médecin du travail, au CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) ou aux délégués du personnel. Il est également transmis à l’inspection du travail, à la CARSAT et à l’OPPBTP du lieu du chantier et du siège de l’entreprise. Nous nous assurons que le ou les modes opératoires rédigés parviennent à leurs destinataires.

 

 

Nous rédigeons vos modes opératoires sous-section 4. Contactez-nous

 

Nous assurons toutes vos démarches administratives.

 

 

*source : Inrs.fr

**source : décret du 4 mai 2012 relatif aux risques d’exposition à l’amiante